Les femmes fruits sont une institution au Brésil. Ces femmes avec des attributs physiques généreux font fureur dans les bals funk. Elles chantent et dansent de manière lubrique. Et le public jubile.Des bimbos à la plastique généreuse qui, en l’espace de quelques années, sont devenues de véritables institutions. Elles se produisent dans les soirées « Baile Funk », elles animent des émissions télé de grande audience et ont même récemment fait leur entrée en politique.

Chacune a son petit nom, en fonction de ses atouts physiques et de ses formes généreuses. Il y a la femme pastèque, la femme fraise, la femme melon, la femme pomme et la femme poire à la taille de guêpe et au fessier bombé. Cette dernière se nomme Mulher Perra et, comme les autres femmes « fruits« , elle a été récupérée par les politiques. Elle a soutenu un candidat du Parti travailleur national aux dernières élections.

Incarner une femme fruit peut devenir un formidable ascenseur social. Les femmes fruit sont le chantre des mœurs libérées et assumées de la société brésilienne. Une société hédoniste, libérale et hyper-sexualisée. Elles incarnent un fantasme collectif qui touche aussi bien les hommes que les femmes. Elles sont adulées et même imitées. Pour leur ressembler, beaucoup de Brésiliennes transforment leur corps pour se conformer aux archétypes dictés par les talk-shows, les télé-novelas et les magazines.

 

femme fruits 2 jpg

femme-fruit-jpg

Netffeders / Femmes fruits

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.