Décidément ces dernières années sont synonymes d’hécatombes dans la communauté hip hop et plus précisément dans le rap US. La liste des rappeurs décédés trop jeunes est longue, Malik B (47 ans) du groupe The Roots évincé du groupe à cause de son addiction aux drogues, MF Doom (49 ans) le rappeur masqué qui s’était d’abord fait connaitre avec son groupe KMD au début des années 90, Double K(43 ans) moitié du duo People Under The Stairs qui avait contribué à donner une autre image au rap West coast dominé par le style gansta, ou encore le génie de la production et du show qu’était Shock G (47 ans) du groupe Digital Underground, pour ne citer qu’eux. A cette liste morbide, il faut rajouter une figure importante du rap US indé, Timothy Jerome Parker plus connu sous le nom de The Gift of Gab du groupe californien Blackalicious. Son décès est survenu ce vendredi 18 juin suite à des complications liées à une greffe du rein qu’il a subi en janvier 2020.

 

Blackalicious_WEB_01

En 1987, alors que l’industrie commence timidement à s’intéresser au rap et que NYC est la référence de ce qui se fait de mieux dans ce genre, deux lycéens californiens palabre pour savoir qui d’Ice Cube ou de Too Short est le meilleur rappeur de la côte ouest. C’est comme cela que se fait la rencontre entre Gift qui se fait appeler à l’époque Tiny T et de dj Chief XCel. La même année, après avoir écouté sur une k7 enregistrée de l’émission new yorkaise de Mister Magic le titre “Top Billin“ d’Audio Two, les deux compères décident de travailler ensemble et de formé un groupe qui tournera sur les petites scène du coin. Le rap devient alors une obsession qui va les conduire à sortir en 1994 un EP sous le nom de Blackalious pour comme disaient-ils : « délivrer de la musique délicieuse ».

 

c5ad1f-20060316-blackalicious

Sur ce premier projet Gift of Gab nous fait découvrir ses prouesses techniques, notamment sur le titre “Swan Lake“ et l’on peut aussi constater le bon travail de production de XCel avec le découpage du sample du morceau “People Make the World go Round“ du guitariste jazz O’Donel Levy. Dès leur premier album “Nia“ sorti chez Quannum Records en 1999, on prend en pleine la face, le style fast rhyme de The Gift of Gab sur “Alphabet Aerobic“ produit par Cut Chemist avec qui les collaborations seront fréquentes par la suite est époustoflant. Sur ce titre, on a l’impression que Gab est en compétition avec la batterie et que c’est à celui qui gardera le plus longtemps le rythme. Toujours sur le même album on comprend l’engagement de Blackalicious avec le remixe du morceau “Ego Trip“ de la poètesse Nikki Giovanni issue du Black Arts Movement, une femme très engagée durant la période de lutte pour les droits civique. Avec “Deception“, la première phrase “Don’t let money change you“ qui fera office de refrain, confirme le côté socio-politique du groupe que l’on découvrira aussi plus tard dans les projets solo de Gift of Gab.

blackalicious

 

2002, Blackalicious débarque avec l’album concept “Blazin Arrow“ accompagné d’un live band parmi lequel on compte le trompettiste Anthony Coleman et le batteur/leader Questlove du groupe The Roots. La direction artistique de ce projet devenu classique empreinte des sonorités variées dû en grande partie à ses invités, le slameur Saul Williams, les vocalises du grand Gil Scott Heron et la performance de Zack de la Rocha de Rage Agaisnt The Machine ou encore de la superbe voix de Jaguar Wright, tous participent à donner une couleur différentes de ce qui se fait en général dans le rap. Avec le titre “Make You Feel That Way“, Gab nous rappelle encore une fois qu’il reste un des maitre du flow, il se surpasse sur “Chemical Calisthenics“ et donne l’impression d’être en perpétuel bataille avec la batterie, lors de ses accélérations. En quatre albums Gift of Gab et Chief XCel ont réussi imposer leur style que ce soit côté prod ou côté texte et flow. En 2004, The Gift se lance dans un projet solo intitulé “ 4th Dimensional Rocketships Going Up“ produit par Jake One où l’on retrouve l’excellent titre “To Know You“ et “Evolution“ avec un beat aux accent new soul sur lequel on ressent le côté spirituel et ésotérique du rappeur. Gift Of Gab avait un sens critique très développé et n’hésitait à remettre en question la religion et à pointer du doigt ce monde de surconsommation où le capitalisme est roi. Sans entrée dans une pensée complotiste, Gab avait compris l’urgence qu’il y avait a éduquer les gens pour sauver la planète, en témoigne les vidéos qu’il postait sur sa chaine Youtube. Ce n’est pas surprenant de retrouver sur son second album “ Supreme Lyricism“ (2006) conçu comme une mixtape, un invité de marque comme le très consciencieux, Talib Kweli, MR Lif, son super pote Lateef The Truth Speaker ou encore le groupe Crown City Rockers et bien d’autres.

 

Netfeeders-blackalicious

Si l’on devait retenir juste deux titres sur cet album/mixtape ce serait “Supreme Lyricism“ et “Wyle Out“ que l’on retrouve aussi sur la compilation Boom Bap Project sortie en 2005.

Sur son troisième album “Escape 2 Mars“, Gift of Gab pose sur des versions instrumentales groovy agrémentées de petits sons futuristes et comme à son habitude il s’entoure de potes dont Del The Funky Homosapiens ou encore Brother Ali, deux pointures du rap californien font partis. Dans plus part de ses projets que ce soit en solo ou avec son duo Blackalicious, Gift inclus souvent des musiciens qui se croisent les prods avec le beatmaking pour un résultat très funky, une part de ses origines west coast que l’on ressent un peu sur ce son dernier album “The Next Logical Progression“ sorti en 2012, passez presqu’inaperçu. Un seul de ses invités reflète bien ses racines régionales, c’est le grand maitre du P.Funk George Clinton qui prête sa voix sur le titre “ Everything Is Fine“ au côté du rappeur Latryx que l’on retrouve souvent en featuring avec Gift Of Gab. Si vous n’avez pas encore parcouru “The Next Logical Progression“ plongez dedans les yeux fermés et les écoutilles bien ouvertes, cet album est une véritable perle, hélas sous-estimé. La majorité des productions sont signées G Koop, l’homme qui ré-interprète des musiques à sampler plus vite que son ombre.

Malgré ses problèmes de santé Gift Of Gab n’a jamais cessé d’être prolifique, se faisant dialyser entre deux concerts, il n’avait pas perdu son envie et ses aptitudes à la création. Sa boulimie créatrice l’avait poussait à participer à plus d’une centaine morceaux sur les projets d’autres rappeurs, une liste qui serait trop longue à énumérer. Mais on retiendra la réunion qu’il avait faites avec deux autres maitres du flow que son A.F.R.O et R.A. The Rugged Man sur le titre “ Freedom Form Flowing“, un morceau où la précision et la maitrise des débits des trois rappeurs paraissent presque surréalistes tout comme la complexité des jeux de mots, le morceau idéal pour définir le MC d’exception. Repose en paix Gift Of Gab.

Somy

 

 

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.